Republier
Touareg Libye

Touaregs et Toubous veulent être reconnus par la future Constitution

Toubous et Touaregs ont décidé de boycotter les prochaines sessions de l'Assemblée constituante libyenne, qui travaille sur une nouvelle Constitution depuis sa session d'ouverture, le 21 avril 2014.
© AFP PHOTO / STRINGER

En Libye, les représentants toubous et touaregs, pour une fois faisant cause commune, ont annoncé en fin de semaine qu'ils boycotteraient les prochaines sessions de l'Assemblée constituante. Il exige que leur statut de minorité soit protégé par le futur texte fondamental.

A Oubari, dans le sud du pays, Toubous et Touaregs se combattent depuis l'automne dernier. A Baida, sur la côte-est du pays et siège de l'Assemblée constituante, les deux ethnies minoritaires libyennes se dressent côte à côte contre les représentants arabes.

D'un commun accord, les quatre élus, deux Toubous et deux Touaregs, ont décidé de ne plus siéger à la constituante. Leur revendication commune est la même depuis la première session l'Assemblée en avril 2014 : une reconnaissance écrite noire sur blanc de la leur langue et de leur culture dans la future Constitution.

Il s'agit de l'un des principaux points de discorde au sein de l'Assemblée. Les Libyens arabes sont divisés. Les élus de l'est du pays soutiennent globalement cette demande. Les représentants de l'ouest, davantage attaché à une centralisation du pays, se montrent plus réticents. L'élu Mohamed Tumi, originaire de Tripoli, n'y est pas forcément hostile mais demande un consensus sur la question. Or, pour les représentants toubous et touaregs, totalement solidaires sur le sujet, cette reconnaissance est un préalable non négociable.

Anticipant la mauvaise volonté des Arabes, les Amazighs, la troisième minorité du pays, avait carrément boycotté les élections de la constituante en février 2014.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.