Mali: devant les troupes, IBK évoque la situation dans le Nord

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, en tournée dans le sud du pays, a critiqué devant les soldats la décision de la Minusma d'instaurer une zone de sécurité dans le Nord.
© AFP PHOTO / STRINGER

Depuis jeudi 20 août, le président malien Ibrahim Boubacar Kéita effectue une visite dans la région de Sikasso, située au sud du Mali. Il a notamment rencontré les partis politiques, mais également l'armée. Devant les hommes de troupes, il a fait allusion à la situation dans le septentrion malien.

S’adressant aux troupes dans un camp militaire de Sikasso, le président Ibrahim Boubacar Kéita a très finement abordé la situation dans le Nord du Mali. « Oui, il y a toujours des esprits chagrins à l’affût qui ont tôt fait de penser que nous soyons aujourd’hui si exsangues que vos tâches et missions diverses pourraient être exécutés par des milices. Tristes sires qui n’ont rien compris. Je suis fier de vous », a-t-il déclaré à l'adresse des soldats.

Pour le président IBK, les groupes armés pro-gouvernementaux qui ont pris récemment le contrôle de la localité de Anefis au sud de la ville de Kidal n’ont pas agi en sous-marin de l’armée malienne.

Connu pour son « nationalisme ombrageux », le chef suprême des armées maliennes a également subtilement critiqué, comme de nombreux partis maliens de la majorité comme de l’opposition, la décision de la mission de l’ONU au Mali d’instaurer une zone de sécurité autour de la ville de Kidal. « Tous les enjeux qui tournent autour de nous... Jamais la patrie de Babemba, de Tièba, de Soundiata Kéita ne sera de nouveau assujettie par qui que ce soit. »

Il a par ailleurs pris un engagement ferme : doter l’armée malienne en équipement nécessaire pour défendre le pays.

Qu'on fasse respecter ces accords, que les parties se parlent, que la confiance soit rétablie. C'est sur quoi on est en train de travailler.
Mbaranga Gasarabwé
22-08-2015 - Par David Baché