Côte d’Ivoire: deux nouveaux ténors candidats à la présidentielle

Kouadio Konan Bertin (à gauche) et Mamadou Koulibaly, candidats à l'élection présidentielle 2015 en Côte d'Ivoire
© AFP PHOTO / SIA KAMBOU / Montage RFI

En Côte d’Ivoire, c'est ce mardi 25 août le dernier jour du dépôt des candidatures à la Commission électorale indépendante (CEI) en vue de l’élection présidentielle du 25 octobre. On dénombrait ce mardi matin 19 candidats dont deux poids lourds, Mamadou Koulibaly, président du parti Liberté pour la République (Lider) et Kouadio Konan Bertin, dit KKB, qui ont déposé leurs dossiers lundi.  

Avec Mamadou Koulibaly et Kouadio Konan Bertin, dit KKB, ce sont deux des ténors que l’on attendait pour que la liste des candidats soit un peu près complète à cette élection.

Mamadou Koulibaly, président du Lider aura donc été le premier à se présenter vers 11h00, ce lundi matin, à la Commission électorale indépendante. Mamadou Koulibaly, ex-président de l’Assemblée nationale qui, tout en déposant sa candidature auprès de la commission, conteste la légitimité de celle-ci. Il estime en effet que cette institution est trop partiale et inféodée au camp de l’actuelle majorité. Tout comme aussi, il demande la révision de la liste électorale qui, selon lui, a laissé trop de nouveaux électeurs potentiels sur le carreau.

« En tant que candidat à l’élection présidentielle, je ne suis pas du tout satisfait du code électoral et je ne suis pas du tout satisfait de la composition de la Commission électorale, ni de l’utilisation que la Commission électorale laisse faire des moyens de l’Etat par un candidat, ni de l’utilisation que la Commission électorale laisse faire des médias du Service public. De toutes mes forces, je me battrai pour que nous n’ayons pas encore, en 2015, le même type d’élection qu’en 2010, jusqu’à ce que l’on ait une discussion franche avec le président de la République – qui est candidat – pour remettre à plat les institutions de ces élections et pour faire les corrections nécessaires », a déclaré Mamadou Coulibaly.

Des arguments que partage, pour une grande part, l’autre candidat, Kouadio Konan Bertin, dit KKB. Kouadio Konan Bertin est un frondeur du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) qui a rejoint les rangs de la Coalition nationale pour le changement (CNC) qui regroupe bon nombre d’opposants au pouvoir actuel. KKB qui, après un immense bain de foule à l’extérieur de la commission, aura été le 18e Ivoirien à faire acte officiel de candidature. Il compte bien renverser la donne et gagner contre le président sortant.

« Aujourd’hui, notre pays se trouve à la croisée des chemins. Les Ivoiriens ont du mal à s’assurer trois repas par jour. Ils sont nombreux, ces jeunes Ivoiriens qui ont vécu 30, 45 ans sans avoir goûté au bonheur d’avoir un premier emploi dans leur vie. Quand on sait que l’âge de la retraite est fixé à 60 ans, c’est un sujet majeur. Il importe que nous puissions renégocier efficacement l’unité nationale, la réconciliation des Ivoiriens. Jamais, dans l’histoire de la Côte d’Ivoire, nos prisons n’ont été aussi peuplées d’hommes politiques qui certainement, tous n’ont pas leur place dans ces prisons-là. Oui, nous, hommes politiques, avons l’obligation de faire quelque chose pour que les Ivoiriens se réconcilient ; pour que notre peuple cesse de vivre côte à côte et qu’on apprenne à nouveau à revivre ensemble, sans nous regarder en chiens de faïence. Place à la démocratie et que le meilleur gagne », a déclaré, pour sa part, Kouadio Konan Bertin.

On comptait mardi 25 août dans la matinée 19 dossiers de candidature dont seulement 9 ont déposé la caution requise de 20 millions de FCFA 30 000 euros. Le bureau d'inscription de la CEI pour l'élection présidentielle d'octobre ferme ses portes à 17h.