Burkina Faso: 42 pro-Compaoré déclarés «inéligibles» aux législatives

Parmi les candidats déclarés inéligibles figure Eddie Komboïgo, le président du parti de Blaise Compaoré, le CDP.
© AFP PHOTO / AHMED OUOBA

Au Burkina Faso, le Conseil constitutionnel a rendu son verdict sur les recours introduits contre certains candidats aux élections législatives. 42 candidats, tous proches de l'ancien président Blaise Compaoré sont déclarés inéligibles conformément à l'article 166 du nouveau électoral adopté par le Conseil national de la transition, l'assemblée de la transition. Les partisans de l'ancien parti au pouvoir avaient attaqué ce code devant la cour de justice de la Cédéao.

Parmi la quarantaine de personnes déclarées inéligibles pour les législatives, par le Conseil constitutionnel, figurent Eddie Komboïgo, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Achille Tapsoba, Alpha Yago, Fatoumata Diendéré. Tous membres du bureau politique de l'ancien parti au pouvoir.

Il y a également Gilbert Noel Ouedraogo, président de l'Alliance pour la démocratie et la fédération, rassemblement démocratique africain, et tous les autres responsables d'association ou partis politiques ayant soutenu le projet de modification de la Constitution qui devait permettre à Blaise Compaoré de briguer un autre mandat. Toutes ces personnes sont tombées sous le coup de l'article 166 du nouveau code électoral.

Un article que les partisans de Blaise Compaoré avaient attaqué devant la Cour de justice de la Cédéao. Mais le Conseil constitutionnel affirme que le Burkina Faso n'a pas tenu compte de la décision rendue par la Cour de la justice de la Cédéao, donc « l'article 166 du code électoral reste en vigueur ».

Selon cet article, sont inéligibles, « toutes personnes ayant soutenu un changement anticonstitutionnel qui porte atteinte au principe de l'alternance démocratique, notamment au principe de la limitation du nombre de mandats présidentiels, ayant conduit à une insurrection ou tout autre forme de soulèvement ».