Des jihadistes d'origine tunisienne demandent à revenir au pays

Selon l'ONU, environ 4000 jihadistes tunisiens combattraient actuellement aux côtés du groupe Etat islamique en Syrie ou en Irak.
© ALBARAKA NEWS / AFP

La Tunisie est connue pour être le premier exportateur mondial de jihadistes en Syrie et en Irak. Désormais certains d'entre eux font savoir leur désir de rentrer au pays en contactant directement les autorités consulaires en Turquie. C'est ce que vient d'annoncer le ministère tunisien des Affaires étrangères.

C'est un communiqué du ministère tunisien des Affaires étrangères qui l'annonce : des jihadistes tunisiens en Syrie ont contacté leur consulat à Istambul pour revenir dans leur pays. Le ministre Taïeb Baccouche dément toute volonté de Tunis de négocier avec eux, mais précise que certains de ces combattants ont exprimé d'eux-mêmes le désir de rentrer.

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, 5OO tunisiens seraient déjà revenus en Tunisie. Tandis que 3 000 seraient encore en Syrie ou en Irak, peut être même 4000 selon un récent rapport d'experts de l'ONU. Pour 11 millions d'habitants, ces chiffres font de la Tunisie le pays le plus touché au monde par ce phénomène en nombre, mais aussi en proportion de sa population.

Au retour, tous ne sont pas emprisonnés, mais au minimum soumis à un strict contrôle judiciaire. Dans son communiqué, Tunis ne précise pas si ces vétérans du jihad faisant volontairement la démarche de se rendre aux autorités, bénéficient ou non d'un traitement particulier. Beaucoup d'autres pays sont confrontés également à ces retours volontaires à commencer par la France: environ 270 jihadistes français ont quitté la Syrie certains en se rendant directement au consulat de France à Istanbul.

→ À RELIRE : La Tunisie dit avoir bloqué plus de 10 000 aspirants au jihad en 2 ans

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.