Republier
Mali

Mali: statu quo sur le départ des groupes armés pro-Bamako de Anéfis

C'est désormais dans la ville de Gao que la question cruciale du départ des groupes progouvernementaux de la localité de Anéfis se joue désormais.
© RFI/David Baché

Après avoir accepté de quitter la localité stratégique qu'ils occupent après la violation du cessez-le-feu, les groupes armés progouvernementaux haussent le ton. Ils ralentissent le pas, prétextant que les populations civiles de la région de Gao ne souhaitent pas leur départ sans conditions de Anéfis.

La délégation du Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), qui était sensé se rendre sur le terrain pour demander à leurs combattants de quitter la localité de Anéfis, est toujours dans la ville de Gao. Et, visiblement, c’est désormais là que tout se joue, pour le moment.

Sur place, les rencontres se multiplient. On galvanise les populations et les associations, qui désormais demandent au Gatia de ne pas quitter Anéfis sans conditions. Et comme si le message était passé, la politique du Gatia dévoile sa stratégie : elle ne veut plus quitter sans conditions Anéfis et elle exige, non pas que ce soit les rebelles, mais la Mission de l’ONU au Mali qui s’y installe après son départ pour assurer la sécurité des populations civiles.

En attendant, les osbervateurs notent de vives tensions sur le terrain. Chaque camp renforce ses positions militaires. Du côté de la Minusma, on ne cache pas son inquiétude et on insiste sur la nécessité pour toutes les parties de respecter les engagements pris.

→ A (RE)LIRE : Le nord du Mali dans tous ses états

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.