Mozambique: verdict le 16 septembre pour Castel-Branco et Mbanze

L'économiste Carlos Nuno Castel-Branco comparaît pour atteinte à la sûreté de l'Etat.
©

Le verdict du procès de l'économiste mozambicain Carlos Nuno Castel-Branco et du journaliste Fernando Mbanze respectivement poursuivis par l'Etat pour diffamation et abus de la liberté de la presse sera rendu le 16 septembre prochain. L'économiste est poursuivi pour avoir publié sur sa page Facebook un texte critiquant l'ancien président Armando Guebuza, et le journaliste pour l'avoir reproduit sous forme de lettre ouverte dans son journal.

Carlos Nuno Castel-Branco est un économiste de renom au Mozambique. Il est chercheur à l'Instituto de estudos sociais e económicos de Moçambique dont il a été le premier directeur, et jusqu'en 2012. Il fut même un collaborateur de l'ancien président Armando Guebuza dans les années 1980, celui-là même qui le poursuit aujourd'hui.

Dans le texte posté sur sa page Facebook en 2013, Carlos Nuno Castelo Branco reprochait au président Armando Guebuza l'instabilité politico-militaire au Mozambique et le comparait à Hitler, Mussolini ou encore Mobutu, tout en appelant à sa démission.

Le texte est alors repris par Fernando Mbanze, rédacteur en chef du quotidien électronique Mediafax qui le reproduit sous forme de lettre ouverte dans son journal. Trois ans après les faits, ils étaient tous hier dans le box des accusés.

« Le journaliste a repris l’information qui a été donnée par Castel-Branco qui est quelqu’un de très renommé, explique Maître Alquilides Varinelo, avocat à Maputo. Normalement un journaliste prend l’information et la diffuse, [aussi] je ne vois pas pourquoi on le poursuit. Concernant Castel-Branco, son action est [considérée] comme un attentat à la sûreté de l’Etat. La sûreté de l’Etat, telle qu’elle est définie aujourd’hui, elle est dépassée... ».

Compte tenu de la complexité du dossier, les juges ont préféré se donner du temps. Verdict dans 15 jours.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.