Procès Chebeya : le général Numbi, le grand absent

Pour les proches des victimes de l'affaire Chebeya, les policiers qui sont aujourd'hui dans le box des accusés sont des exécutants, mais pas les commanditaires, toujours en fuite.
© AFP PHOTO / FEDERICO SCOPPA

La dernière audience du procès en appel de Floribert Chebeya a eu lieu lundi 31 août. Floribert Chebeya, militant des droits de l'homme, a été retrouvé mort dans sa voiture le 1er juin 2010 après avoir été convoqué au siège de l'Inspection générale de la police pour y rencontrer le général Numbi qui en était le chef. Les proches du militant des droits de l'homme et de son chauffeur Fidèle Bazana, dont le corps n'a jamais été retrouvé, attendent maintenant le verdict de la Haute Cour militaire de Kinshasa d'ici une quinzaine de jours. Si au cours de ce procès en appel le ministère public a requis à nouveau la prison à perpétuité pour les cinq policiers qui étaient rejugés, les parties civiles déplorent que ce deuxième procès n'ait pas permis d'entendre le général Numbi. Le chef de la police à l'époque aura été comme en première instance, le grand absent du procès alors qu'il est considéré par les familles comme le suspect numéro 1.

Les proches des victimes espéraient que le général Numbi passe du statut de simple témoin à celui de prévenu, mais cela n'a pas été le cas. Le général Numbi n'a finalement pas été appelé à comparaître malgré les deux plaintes qui le visent nommément. Pour la justice, rien d'étonnant, car le rôle du procès en appel n'était que d'évaluer le travail du juge en première instance et non pas d'inculper de nouvelles personnes.

Seulement pour les proches des victimes, l'absence du général Numbi reste toujours injustifiable. A l'époque des faits, il était d'abord le patron, et avait sous ordres les cinq prévenus qui viennent d'être rejugés en appel. Mais surtout son nom a été cité plusieurs fois lors des deux procès et des indices sérieux qui attestent de son implication dans l'assassinat ont été présentés et débattus en audience.

Il y aussi enfin le témoignage accablant du major Paul Mwilambwe qui le désigne comme commanditaire. Ce policier s'est réfugié au Sénégal, où il a été inculpé dans le cadre d'une nouvelle procédure Chebeya. Une procédure qui conduira peut-être à l'inculpation de John Numbi ? C'est en tout cas aujourd'hui l'espoir des familles des victimes qui regrettent qu'il n'y ait eu dans le box des accusés que de simples exécutants.