RCA: un nouveau cas de viol présumé par un soldat de Sangaris

Quatorze soldats français de Sangaris sont incriminés dans cette affaire d'abus sexuels, mais très peu ont été identifiés.
© AFP PHOTO / MARCO LONGARI

Un nouveau cas de viol présumé par un militaire français de l'opération Sangaris en Centrafrique a été révélé. C’est le Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad al-Hussein, en visite dans le pays en ce moment, qui a sorti l’information.

Le Haut commissaire aux droits de l'homme indique que l'ONU a été mise au courant de ce dernier cas présumé le 30 août dernier. Les faits remonteraient à environ un an. Selon le communiqué des Nations unies, la victime présumée serait une « jeune fille probablement en fin d'adolescence au moment des faits allégués ». Elle a mis au monde un enfant fin avril et a porté plainte auprès des autorités locales pour une reconnaissance de paternité.

Toujours selon Zeid Ra'ad al-Hussein, les autorités françaises ont été informées de ce dernier cas. Ces allégations viennent s'ajouter à une longue série d'accusations de viols par des soldats étrangers en Centrafrique. Une information judiciaire française a été ouverte en mai dernier sur des viols présumés d'enfants commis par 14 militaires français à Bangui en 2014. Trois autres militaires africains étaient également mis en cause dans le rapport onusien qui a déclenché ces investigations.

Plus récemment, le 18 août, des casques bleus de RDC ont été accusés de viol sur trois jeunes filles, dont une mineure. Kinshasa avait promis une enquête. Début août, des casques bleus étaient soupçonnés du viol d'une fillette de 12 ans à Bangui lors d'une opération au cours de laquelle deux civils avaient été tués. Une situation qui a provoqué le mois dernier la démission de Babacar Gaye, l'ancien patron de la Minusca.