Malawi: nouvelle condamnation dans le scandale Cashgate

L'ex-présidente du Malawi Joyce Banda, le 6 juin 2012
© Reuters / Lefteris Pitarakis

Une nouvelle condamnation est tombée au Malawi dans le scandale financier le plus important de l’histoire du pays, connu sous le nom de Cashgate : près de 30 millions d’euros de fonds publics ont été détournés en 2013. Ce vendredi, un homme d’affaires, Oswald Lutepo, a été condamné à 11 ans de prison. C’est la deuxième tête à tomber dans cette affaire.  

Onze ans de prison, la condamnation est lourde pour cet homme d’affaires de 37ans, proche de l’ex-présidente Joyce Banda. Oswald Lutepo a été reconnu coupable de complot visant à escroquer l’Etat et détournement d’argent.

Le scandale implique plusieurs dizaines de personnes, des fonctionnaires, des hommes d'affaires, des ex-ministres et des pontes de l’ex-parti au pourvoir.

Ils sont accusés d’avoir détourné des fonds publics, via des versements frauduleux à des retraités fictifs. Une machine bien rodée.

L’affaire a explosé en 2013 sous la présidence de Joyce Banda, et a aussitôt entraîné le gel de l’aide des bailleurs de fonds internationaux qui couvrait environ 40% du budget du Malawi.

La question est de savoir jusqu’où remonte ce scandale. Oswald Lutepo affirme avoir été manipulé par la présidente de l’époque, Joyce Banda. « Comment aurais-je pu voler de l’argent des coffres de l’Etat sans qu’ils soient au courant ? », dit-il « l’argent leur était destiné ».

Banda - qui a perdu les élections quelques mois plus tard - affirme au contraire avoir voulu se défaire de la corruption, et vit désormais en Afrique du Sud.