Burkina Faso: un recours contre quatre candidats à la présidentielle

Benewendé Sankara, le candidat de l'UNIR/PS à la présidentielle burkinabè.
© UNIR/PS

Benewendé Sankara introduit un recours au Conseil constitutionnel contre quatre candidats à la présidentielle burkinabè : Djibrill Bassolé, candidat indépendant, Ram Ouedraogo, président du Rassemblement des écologistes du Burkina, Yacouba Ouedraogo de l’Union pour un Burkina nouveau et Salvador Yaméogo, président du RDF. Le candidat sankariste les accuse d’avoir soutenu le projet de modification de la Constitution qui a conduit à l’insurrection populaire.

Le candidat Benewendé Sankara reproche aux quatre candidats à la présidentielle d'octobre prochain d’avoir « activement soutenu en leur qualité de dirigeants le projet de modification de l’article 37 ». Ram Ouedraogo et Salvador Yaméogo en tant que membres du Front républicain, et Djibrill Bassolé et Yacouba Ouedraogo en leur qualité de membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré qui a adopté le projet de loi portant révision de la Constitution.

« Quand vous interrogez notre Constitution, les membres du gouvernement sont solidaires et responsables de toutes les décisions qui sont prises au niveau du conseil des ministres, justifie Athanase Boudo, membre du bureau politique de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS). A ce moment-là, les deux ministres y étaient, donc on peut considérer qu’ils ont activement soutenu le projet de modification de l’article 37 qui nous a conduits à l’insurrection populaire. Du reste, nous nous inscrivons dans l’esprit de l’arrêt de la Cédéao. Nous avons estimé que ce sont vraiment des responsables politiques qui ont animé la vie politique et qui ont travaillé à ce que le Burkina soit dans la situation dans laquelle il est. »

Benewendé Sankara se fonde sur l’article 135 du code électoral, lequel rend inéligibles les personnalités ayant soutenu le projet de modification de l’article 37 de la Constitution burkinabè.