RDC: l'épidémie de rougeole au Katanga difficile à endiguer

Depuis juin, Médecins sans frontières a traité plus de 20 000 malades et vacciné plus de 300 000 enfants
© AFP PHOTO / LIONEL HEALING

L’épidémie de rougeole qui sévit depuis le début de l’année en République démocratique du Congo est l’une des plus meurtrières qu’ait connues le pays et elle continue sa progression. Depuis le mois de juin, Médecins sans frontières a déjà traité plus de 20 000 malades et vacciné plus de 300 000 enfants, mais la géographie du Katanga, dans le sud-est du pays, ne permet pas d’atteindre toutes les populations.

Difficultés d'accès des populations aux centres de santé, insécurité, problèmes de réfrigération des vaccins, routes impraticables… La vaccination contre la rougeole est efficace, mais les obstacles aux campagnes de vaccination des enfants du Katanga sont nombreux.

« Le Katanga est un territoire à peu près aussi grand que la France et il y a un tiers de ce territoire qui est actuellement touché par une épidémie de rougeole qui a débuté en début d’année, résume Jean-Guy Vataux, chef de mission de Médecins sans frontières en RDC. C’est une zone extrêmement pauvre où les infrastructures de transport notamment sont extrêmement faibles et cela demande des moyens conséquents pour pouvoir atteindre les populations, faire des soins et surtout faire des vaccinations. Les efforts qui sont faits par le gouvernement congolais, par des ONG médicales pour améliorer la couverture vaccinale dans des zones aussi grandes, difficiles d’accès et pauvres que le Katanga, pour l’instant, n’ont pas fonctionné et c’est pour ça qu’on a chaque quatre ou cinq ans des épidémies de rougeole comme cette année. Une grande partie de la population n’a pas accès aux centres de santé et donc les enfants vont faire un épisode de rougeole, mais ne pouvant pas aller se faire soigner dans un centre de santé, ils vont passer à travers le système de surveillance. Dans cette région, en général, c’est le paludisme qui cause le plus de décès, auquel vient aujourd'hui s’ajouter la rougeole. »

Débloquer rapidement des fonds

Des enfants que la malnutrition, fréquente dans la province, rend encore plus vulnérables aux maladies comme la rougeole. Il est donc urgent de lancer une campagne de vaccination massive. Une opération d'ailleurs prévue par le ministère congolais de la Santé, mais les financements manquent cruellement et pour le Docteur Susan Sheperd de l’ONG médicale Alima qui vient de passer dix jours au Katanga, le temps presse. « La crainte, c’est que nous n’allons pas avoir les financements pour agir assez rapidement, s'inquiète-t-elle. Les pluies vont venir et nous allons avoir des difficultés de routes qui sont impraticables et ne pas pouvoir vacciner les enfants. La deuxième crainte, c’est que la rougeole ne connaît pas de frontières. Donc si l'on n’arrête pas l’épidémie au Katanga, elle va continuer à se propager ailleurs dans le pays et même dans des pays limitrophes. »

Elle appelle les bailleurs de fonds à se mobiliser pour débloquer les fonds indispensables pour faire face à une épidémie en pleine expansion. Depuis janvier, près de 24 000 cas de rougeole ont été recensés, dont 350 décès. Des chiffres sans doute sous-évalués vu les difficultés d'accès aux malades.