RCA: attentats à la grenade près de l’église Fatima, à Bangui

Des casques bleus rwandais de la Minusca, en mai dernier à Bangui, en République centrafricaine.
© AFP PHOTO / PATRICK FORT

Plusieurs grenades ont explosé dans le VIe arrondissement de la capitale centrafricaine, mercredi soir. Deux personnes ont été tuées et au moins 22 autres blessées dans cet attentat qui a provoqué une réaction de colère des habitants, qui ont érigé des barricades et coupé la circulation pour se protéger.

Au moins trois explosions ont retenti ce mercredi 9 septembre dans la soirée, un peu avant 19 h (heure locale), dans le VIe arrondissement de Bangui. Deux grenades ont explosé au niveau du rond-point de Petovo et une troisième quelque 800 mètres plus loin, près de l'église de Fatima. Cette dernière grenade a été jetée « sur un bar qui s’appelle Air Force One », rapporte Faustin Bangou, journaliste et membre du Conseil national de transition, joint par RFI.

Colère des habitants

Il précise également que les auteurs de ces attentats circulaient sur une moto, selon les témoignages qu’il a pu recueillir. « Les jeunes ont été nombreux à sortir de manière instantanée, pour ériger des barricades et couper la circulation », explique Faustin Bangou. « La jeunesse ne veut pas, à chaque fois, être victime de pareille chose. » Le calme est cependant revenu dans le quartier, mais dans la soirée, les barricades ont été maintenues.

Selon la Mission des Nations unies en République centrafricaine (Minusca), deux personnes ont été tuées dans ces attaques, qui ont également fait 22 blessés, actuellement traités à l’hôpital de Bangui, ont précisé des sources médicales. Dans un communiqué publié sur son site, la Minusca appelle « la population des quartiers victimes de ces attaques à ne point céder à la panique et à éviter toute action susceptible d’exacerber les tensions ».

Lorsque je me suis rendu sur les lieux, j’ai rencontré le commissaire de police du VIe arrondissement, on a pu constater du sang sur la chaussée et plus tard encore nous avons appris que les individus qui seraient sur une moto
Faustin Bangou, journaliste et membre du Conseil national de transition en RCA
10-09-2015 - Par Laura Martel

La Minusca instaure une « zone désarmée » à Bambari

Cette attaque intervient alors que la Minusca a annoncé la mise en place d’une « zone désarmée » à Bambari, à 400 kilomètres à l’est de Bangui. Les combats ont en effet repris dans cette ville considérée comme l’un des fiefs de l'ex-Seleka, après que des miliciens ont décapité un jeune homme en représaille à des exactions attribuées aux rebelles musulmans, selon l'Agence France-Presse.

Cette décision est prise « dans le cadre de notre mandat, dont l'élément central est la protection des civils », a précisé mercredi Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint des Nations unies au maintien de la paix, qui revenait par ailleurs plus en profondeur sur la situation en RCA dans l'édition de ce mardi 8 septembre de l'Invité Afrique de RFI. Mercredi soir, 24 heures après l'instauration de cette « zone désarmée », aucun incident n'avait été constaté par la Minusca. 

► A (re)lire : En entrafrique, sortir de l'abîme, un webdocumentaire RFI