Mali: des rebelles du Gatia toujours présents à Anéfis

Les casques bleus de la Minusma, la mission des Nations unies au Mali, ici, à Kidal, le 22 juillet 2015.
© REUTERS/Adama Diarra

Le Gatia (groupe d'autodéfense des touareg de la tribu des Imerades et ses alliés) serait toujours présent dans la localité de Anéfis (nord-est), prise le mois dernier aux rebelles, selon une source sécuritaire de la mission de l'ONU au Mali (Minusma). Mais après des pressions, les choses bougent, même si les armes du Gatia sont toujours trop visibles en cette période de cessez-le-feu.

Pour évoquer le rythme de leur départ de la localité d'Anéfis, des responsables des groupes armés pro-gouvernementaux ont été conviés à Bamako par la Minusma.

« Discussions franches, photos satellites à l'appui, nous avons expliqué au Gatia et à ses alliés qu'ils marchaient à pas d'escargot pour quitter la ville », explique une source sécuritaire au sein de la mission de l'ONU. De leur côté, les représentants du Gatia et leurs alliés ont affirmé en avoir pris bonne note.

Les craintes d'affrontements persistent

Ce samedi 12 septembre, la situation a légèrement évolué sur le terrain. Deux colonnes de véhicules constituant le gros des troupes du Gatia se trouvaient dans la localité d'Infara, située à une trentaine de kilomètres d'Anéfis.

Ces groupes armés rencontreraient notamment des problèmes de ravitaillement en carburant, ce qui expliquerait également la lenteur du retrait. Mais certains observateurs restent inquiets. D'abord du fait de l'impressionnant armement très visible du Gatia sur le terrain. Enfin, les autorités craignent des mouvements de troupes vers la localité d'Inhalil, dans la région de Kidal.