RDC: une rentrée parlementaire sur fond d'élections incertaines

Le président Joseph Kabila lors d'un discours devant le Parlement, le 15 décembre 2012.
© AFP PHOTO / JUNIOR D.KANNAH

En RDC, c’est une rentrée parlementaire qui risque d’être scrutée de toutes parts. Alors que les députés reprennent le chemin de l’Assemblée ce mardi 15 septembre, les enjeux de cette session sont nombreux. Les élus doivent examiner le budget du gouvernement pour 2016, mais aussi et surtout l’organisation des élections et des retards pris ces derniers mois. Car des inquiétudes se font entendre du côté de l’opposition, mais aussi dans le camp de la majorité où sept partis ont choisi d’alerter Joseph Kabila sur la «stratégie suicidaire» selon eux, en entretenant la «confusion» sur la tenue ou non des élections.

La priorité de cette session parlementaire, c'est d'adopter le budget qui permettra au gouvernement de fonctionner en 2016. Mais parler d’argent, c’est aussi débattre du programme de l’exécutif et de ses priorités. L’organisation des élections, déjà sur toutes les lèvres, risque très vite de prendre le dessus dans les débats.

A ce jour, le gouvernement a échoué à débloquer les finances nécessaires pour que la Commission électorale organise les premiers des sept scrutins avant la présidentielle de 2016. Le Premier ministre, chef de l’exécutif, pourrait donc être appelé à se justifier sur cet état de fait.

Election des gouverneurs

L'autre urgence, c'est l’organisation de l’élection des gouverneurs des 21 nouvelles provinces. La Cour constitutionnelle a sommé le gouvernement de débloquer rapidement les fonds pour ce scrutin, qui n'était pas prévu il y a encore quelques mois. L’examen de ce poste budgétaire devrait donc figurer en haut de la pile.

Enfin, la Commission électorale, encouragée par les gardiens de la Constitution à revoir l’ensemble de son calendrier électoral, devra venir devant les députés pour soumettre ce calendrier réaménagé à leurs questions. A voir si avec ce programme chargé, la chambre basse va réussir à remettre de la clarté dans un processus électoral plutôt malmené et confus pour le moment.