Départ du général Toufik: les services «élaborent l’après-Bouteflika»

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 15 juin 2015 à Alger.
© AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD

Si pour de nombreux experts la mise en retraite du puissant patron des services de renseignement algériens, le général Médiène, dit « Toufik », est le signe d'une reprise en main de ces services par le clan Bouteflika, pour le professeur Mohammed Hachemaoui, politologue à l'Iremam-CNRS c'est le contraire. Il estime que ce départ forcé est une manœuvre orchestrée par les services eux-mêmes afin de faire croire à leur disparition. Une manœuvre visant à les préserver au moment même où ils préparent l'après-Bouteflika de concert avec l'appareil d'Etat.

Les médias répètent en cœur le même récit: le limogeage du général Toufik par le clan Bouteflika marque la chute du mythe. Il n’en est rien.

Mohammed Hachemaoui
15-09-2015 - Par Olivier Rogez

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.