Nigeria: Buhari promet des amnisties en échange des filles de Chibok

Une marche pour demander la libération des jeunes filles enlevées par Boko Haram à Chibok.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, propose un échange à Boko Haram. Il a promis ce mercredi de libérer certains membres du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest, plus connu sous l’appellation Boko Haram, contre celle des jeunes filles enlevées en avril 2014 dans la ville de Chibok.

Le présiden nigérian a fait cette proposition d'échange lors du dernier jour de sa visite officielle en France, ce mercredi. « Dans le cas où les leaders régionaux de Boko Haram accepteraient de nous rendreles filles de Chibok, la totalité d'entre elles, nous pourrions décider d'accorder une amnistie aux leaders que nous détenons », a-t-il déclaré.

Près d'un an et demi après l'enlèvement de 275 jeunes filles à Chibok, en avril 2014, elles demeurent introuvables, hormis les quelques rares jeunes filles qui sont parvenues à échapper à leurs ravisseurs.  

Des libérations sous conditions

Mais Muhammadu Buhari, pour qui la lutte contre Boko Haram est l'une des priorités affichées depuis sa prise de fonction en mai dernier, a tout de même précisé qu'il n’est pas question, pour lui, de procéder à des libérations immédiates. Boko Haram devra donner un certain nombre de gages, a-t-il insisté.

« Nous sommes en train de voir si nous pouvons négocier avec eux [Boko Haram, NDLR] pour la libération des filles de Chibok. Mais nous sommes très prudents sur ce sujet, et nous sommes convaincus que nous pouvons récupérer les filles de manière raisonnable, et dans des conditions saines. Nous n'allons pas relâcher les leaders que nous détenons tout de suite. Nous ne pouvons pas espérer résoudre la situation en relâchant 100 prisonniers. C'est plutôt par une mise en commun de nos forces, et des attaques d'envergure, ainsi que des solutions militaires que nous en viendrons à bout ».

Des propos qu'il a tenu dans le cadre d'une interview exclusive diffusée ce mercredi par nos confrères de France 24.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.