Libye: le groupe Etat islamique attaque une prison à Tripoli

Des forces de sécurité libyennes à proximité de l'hôtel Corinthia, à Tripoli, où l'EI avait déjà commis un attentat meurtrier, le 27 janvier 2015.
© REUTERS/Ismail Zitouny

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque menée contre une prison située dans l’aéroport militaire de Mitiga, ce vendredi à Tripoli. Trois gardes ont été tués et les assaillants, qui portaient des ceintures d'explosifs, ont été tués avant de pouvoir les déclencher.

Avec notre correspondant à Tunis, Mathieu Galtier

Selon le groupe Etat islamique, le commando comportait quatre hommes. Selon des sources sécuritaires, ils étaient au moins huit. Ces hommes ont réussi à faire un trou dans l'enceinte du site de Mitiga, qui se situe à l'est de Tripoli, avant de se diriger vers la prison. Les terroristes portaient des ceintures explosives qu'ils n'ont pas eu le temps d'enclencher. Ils ont été neutralisés par les membres de la brigade qui s'occupe de la sécurité de la prison.

C'est la première attaque meurtrière du groupe terroriste dans la capitale libyenne depuis l'attentat de l'hôtel Corinthia, en janvier 2015, mais il s'agit de sa seconde opération en moins de 20 jours à Tripoli, après celle du siège de la compagnie pétrolière italienne ENI.

Un site stratégique et une cible politique

Le groupe Etat islamique a expliqué qu'il voulait détruire cette prison parce que « de bons musulmans y étaient maltraités ». Des membres de l'organisation y sont emprisonnés. Mais d'autres raisons sont avancées pour expliquer le choix du site : la brigade qui l’occupe est l'une des forces de sécurité les plus importantes au sein du gouvernement de Tripoli. Pour le groupe Etat islamique, s'en prendre à la prison, c'est prouver qu'ils peuvent frapper n'importe où dans la capitale.

La deuxième explication est celle de la menace envers Abdelhakim Belhaj, ancien jihadiste reconverti dans les affaires et la politique. Le groupe Etat islamique l'a classé comme nouvel ennemi. Le complexe de Mitiga accueille l'aéroport où la compagnie aérienne d'Abdelhakim Belhaj doit effectuer son premier vol lundi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.