Mali: les élections régionales et communales repoussées

La président malien Ibrahim Boubacar Keita (gauche) écoute le discours de Mahamadou Djeri Maïga, vice-président de la Coordination des mouvements de l'Azawad, après la signature de l'accord de paix.
© AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE

Au Mali, après une dizaine de jours de polémique, c’est officiel : les élections régionales et communales initialement prévues dans un mois seront reportées. L’annonce a été faite mercredi 23 septembre par le gouvernement malien sans précision d’une nouvelle date.

Des partis politiques de l’opposition à ceux de la majorité présidentielle, des groupes armés pro-Bamako de la plateforme aux ex-rebelles de la CMA, tous demandaient le report de ces élections. Un consensus plutôt exceptionnel et qui a donc été entendu par les autorités maliennes. Les élections régionales et communales n’auront pas lieu le 25 octobre prochain, comme prévu. On ne connaît pas encore la nouvelle date, mais le gouvernement précise qu’« un cadre de concertation sera prochainement convoqué » pour « définir les modalités du report. »

Ces élections ont déjà été repoussées à deux reprises depuis mars 2014, raison pour laquelle les autorités souhaitaient initialement maintenir l’échéance du 25 octobre. Mais les partisans d’une nouvelle date ne manquaient pas d’arguments : le contexte sécuritaire dégradé avec des attaques terroristes nombreuses depuis le mois d’août, le manque de personnel administratif dans le Nord ou encore le retour inachevé des réfugiés vivants toujours dans les pays voisins.

Certaines voix estimaient enfin que la tenue de ces élections dans un délai aussi rapide ne respectait pas les termes de l’accord de paix signé le 20 juin dernier entre le gouvernement malien et les groupes armés du Nord.