Rwanda: le Parti vert devant la justice contre un 3e mandat de Kagame

Paul Kagame, président du Rwanda, lors d'une conférence de presse en novembre 2008 à Genève.
© AFP PHOTO / FABRICE COFFRINI

Ce mercredi, la Cour suprême du Rwanda a examiné la requête du Parti démocratique vert. Cette petite formation d'opposition rwandaise tente d'empêcher en justice une réforme de la Constitution pouvant permettre à Paul Kagame de briguer un troisième mandat en 2017, alors que le texte fondamental actuel le lui interdit. Dans un pays souvent critiqué en matière de liberté d'expression et d'espace politique, toutes les autres formations politiques du pays se sont prononcées en faveur d'un maintien au pouvoir de Paul Kagame.

« L'article 101 qui dit que nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels est clair », a répété à la barre Frank Habineza. « Nous demandons à la Cour suprême de bloquer la réforme de la Constitution ». De plus, insiste le président du Parti démocratique vert, une telle réforme est risquée : « Que se passerait-il si la population se révolte ? Que faire si dans le futur le Rwanda est dirigé par un mauvais chef d'Etat qui ne peut-être remplacé », interroge-t-il. Son avocate renchérit : « La limitation du nombre de mandats sert à éviter que les dirigeants quittent le pouvoir dans la violence », assure-t-elle.

« Le peuple ne peut pas se révolter contre ce qu'il a demandé », rétorque le procureur, en référence aux quelque 3,7 millions de Rwandais qui, par voie de pétitions, auraient réclamé ces derniers mois un maintien au pouvoir de Paul Kagame. « Nous avons des preuves que le gouvernement avait dans ses plans depuis 2010 cette réforme », tranche Frank Habineza. De fait, selon lui, ces pétitions n'ont rien de spontané, au contraire, la campagne a été orchestrée de longue date par des membres du gouvernement, assure-t-il sans plus de précisions. L'audience prend alors fin sans que les juges ne réclament les preuves annoncées. Verdict attendu le 8 octobre.