RCA: des ex-enfants soldats de retour sur les bancs de l'école

Un soldat encadre des enfants combattants libérés de plusieurs bandes armées en RCA.
© AFP PHOTO / JORDI MATAS/UNICEF

Après deux années de conflit en Centrafrique, la situation se normalise peu à peu dans les écoles, même si beaucoup reste à faire. A Bambari par exemple, 335 enfants affiliés aux groupes armés libérés par l'Unicef en mai dernier vont retrouver les bancs de l'école.

Lever des couleurs, hymne du pays entonné à plein poumon par les enfants, la rentrée scolaire à Bambari a des allures de fête nationale. Parmi les écoliers, des ex-enfants soldats dont la réinsertion fait l'objet de toutes les attentions. « Les enseignants ont été formés pour l’encadrement de ces enfants qui, qu’on le veuille ou non, ont connu un autre monde que les autres enfants, explique Benoît Daoundo, le responsable protection de l'enfance pour l'Unicef. Nous travaillons aussi avec les écoles et les enfants pour que ces enseignants aient un regard un peu plus particulier à l’endroit de ces enfants pour qu’ils retrouvent vraiment la vie d’enfant que les groupes armés leur avaient volée entre temps. »

Julien avait 14 ans quand il est entré dans les anti-balaka. Aujourd'hui, l'école lui redonne de l'ambition. Et pas des moindres. « Je veux étudier le français et les maths pour devenir ministre ensuite, assure-t-il. Ça fait trois ans que je n’ai pas été à l'école à cause de la guerre dans mon pays. Je me suis engagé dans les anti-balaka pour venger la mort de mes parents. Mais maintenant c'est fini, j'ai abandonné les armes et les anti-balaka. »

Pour ces ex-enfants affiliés aux groupes armés, c'est le début d'une nouvelle vie. Mais les récents affrontements à Bambari risquent bien de contrarier les taux de scolarisation. Beaucoup de parents hésitent à laisser leurs enfants à l'école à cause de l'insécurité.