Burkina: pas de victime dans l’assaut du camp selon Michel Kafando

Michel Kafando, lors d'une conférence de presse à Ouagadougou le 23 septembre, après la restauration de la transition.
© AFP PHOTO / KAMBOU SIA

Au Burkina Faso, l'armée loyaliste a repris le contrôle de la situation. Toute la journée de mercredi, elle a passé au peigne fin le camp où s'étaient retranchés les éléments de l'ex-Régiment de sécurité présidentiel. De nombreux soldats sont positionnés à presque tous les coins de rue du quartier Ouaga 2000 qui abrite la caserne de l'ex-RSP. Michel Kafando le président de la transition a rencontré mercredi les militaires qui ont lancé l'assaut la veille.

L’opération de conquête du camp de l’ex-Régiment de sécurité présidentiel n’a fait aucune victime, a annoncé mercredi dans la soirée le président Michel Kafando lors d’une visite aux troupes d’élite, de l’armée et de la gendarmerie. Ces forces occupent désormais le camp situé derrière le palais présidentiel.

Des blindés et des soldats armes aux poings sont stationnés devant le camp. Le camp de l'ex-Régiment de sécurité présidentiel était sous haute surveillance au cours de la visite du président de la transition.

« Le nouveau Burkina est en marche »

Les opérations de sécurisation se poursuivent toujours à l’intérieur du camp. « Nous n’avons pas totalement sécurisé le camp », a confié à RFI un officier sur place. « Certains magasins d’armes ont été minés par les soldats de l’ex-Régiment de sécurité présidentiel donc nous faisons très attention », poursuit notre source.

Michel Kafando a salué le courage des soldats de l’armée régulière : « Honneur à cette armée nationale qui a réussi la prouesse tenant du miracle de mettre fin à la rébellion sans perte en vie humaine ni du côté des loyalistes, ni du côté des insoumis. J'ai rencontré la hiérarchie de l'armée et les boys venus faire le travail. Au nom de la nation, en votre nom à tous, je les ai félicités pour leur patriotisme, leur vaillance, leur héroïsme. Une page de notre histoire est ainsi tournée. Le nouveau Burkina est en marche. » Avec la conquête de ce camp, une nouvelle ère commence pour les forces armées burkinabè affirme le président de la transition.

Hormis quelques impacts de tir sur la clôture, des portails défoncés, aucune trace de combat n’est visible à l’intérieur du camp. Plusieurs soldats de l'ex-Régiment de sécurité présidentiel ont déjà regagné le camp des forces régulières selon l'état-major général des armées. Quant au général Gilbert Diendéré, il est retranché dans une représentation diplomatique. Des négociations sont en cours pour sa remise aux autorités de la transition selon le gouvernement.