RCA: Samba-Panza dénonce une tentative de coup d'Etat

Les Forces armées centrafricaines saluent la présidente Catherine Samba-Panza, le 5 février 2014 à Bangui.
© AFP PHOTO/ ISSOUF SANOGO

Face au regain de violence depuis samedi en Centrafrique, Catherine Samba-Panza a quitté New York précipitamment mardi. Après un retour retardé par des affrontements autour de l'aéroport, la présidente de Transition est finalement arrivée cet après-midi à Bangui et s'est adressée dans la foulée à la nation. Son analyse est sans appel : c'est une tentative de coup d'Etat qui a eu lieu ces derniers jours à Bangui.

« La nature politique de ces évènements est évidente. Il s'agissait ni plus ni moins d'une tentative de prise de pouvoir par la force », a affirmé mercredi soir Catherine Samba-Panza. L’objectif principal de ce coup de force selon la présidente de Transition est de mettre un coup d'arrêt au processus électoral.

Parmi les conséquences politiques de ce coup de force listées par Catherine Samba-Panza : le risque de voir les élections s'éloigner, mais aussi la rupture du dialogue politique et du pacte républicain par une partie de la classe politique et de la société civile. Pour y remédier, toutes les entités sans exclusive vont être invitées à une large concertation pour élaborer des solutions de sortie de crise, annonce la présidente, sans toutefois donner de date.

Catherine Samba-Panza insiste aussi sur la nécessité de désarmer les milices en faisant usage de la force si nécessaire, un appel à peine voilé aux forces internationales à plus de fermeté pour mieux sécuriser les populations. Les populations sont, elles, appelées à faire bloc autour de la transition.

Journées de deuil national

Autre annonce de la présidente : des journées de deuil national seront prochainement décrétées en hommage aux victimes des violences. On ignore toujours le bilan de la journée de mardi, car la plupart des ONG internationales, mais aussi locales n'ont pu se rendre sur le terrain à cause de l'insécurité. C'est le cas de la Croix-Rouge centrafricaine qui dit que de nombreux morts et blessés lui ont été signalés, mais qu'elle n'a pu les prendre en charge.

Mercredi, deux manifestations laissaient craindre des tensions, mais la manifestation en soutien à la transition et aux forces internationales n'a pas eu lieu. Celle organisée par une partie de la société civile qui réclame notamment le retrait des forces internationales a été suspendue par ses organisateurs au bout de deux heures. La vie a donc repris son cours normal aujourd’hui, les petits commerces ont rouvert au grand soulagement de la population, témoignent des habitants.

Quand elle évoque un désarmement forcé ou volontaire, c’est ce que nous attendons. C’est d’ailleurs notre principale revendication. Et quand elle parle d’un dialogue citoyen qu’elle va convoquer dans les jours à venir nous l’exigeons aussi. Et nous voulons que ça se tienne le plus rapidement possible et que ce ne soit pas avec des idées préparées avant, mais un dialogue où on viendra traiter des vraies questions de la République centrafricaine entre Centrafricains et on doit s’accorder le temps qu’il faut pour parler pendant ce dialogue. Par contre quand elle dit que les velléités contre les forces internationales sont de la manipulation. Je ne pense pas. Nous avons des griefs fondés contre les forces internationales parce que nous avons des preuves que les forces internationales sont partiales dans leurs actions en République centrafricaine. Quand elle demande aux gens de reprendre le travail, nous ne sommes pas d’accord avec elle. Ce n’est pas par fantaisie ou par désobéissance gratuite qu’on demande aux gens de rester à la maison. C’est parce que la sécurité n’est pas rétablie. Les populations ne sont pas protégées.
Gervais Lakosso
01-10-2015 - Par Laura Martel

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.