RDC: Moïse Katumbi claque la porte au PPRD, le parti de Kabila

L'ancien gouverneur Moïse Katumbi lors d'une interview à Lubumbashi, le 2 juin 2015.
© AFP PHOTO / FEDERICO SCOPPA

C'est un coup de tonnerre sur la scène politique congolaise. Le gouverneur de l'ex-province du Katanga, Moïse Katumbi, un poids lourd du parti au pouvoir et proche collaborateur de Joseph Kabila, a annoncé via son compte Twitter qu'il quittait le parti du président, le PPRD et par la même occasion son poste de gouverneur. Des « signaux alarmants » qui indiquent que « tout semble mis en œuvre pour ne pas respecter la Constitution », estime Moïse Katumbi. Une déclaration politique qui pourrait bien avoir valeur de déclaration de guerre au sein du camp du président et beaucoup voient en lui un adversaire potentiel à Kabila.

« Flou », « illisibilité du cycle électoral », mais aussi « stratégie du glissement des dates du scrutin »… Dans sa déclaration politique, Moïse Katumbi liste un à un ce qui, selon lui, prouve que « tout est mis en œuvre pour ne pas respecter la Constitution ». La dernière proposition de loi par exemple sur les modalités d'organisation d'un référendum en fait partie.

Si le gouvernement manque d'argent pour organiser les élections comment « aurait-il les moyens d'organiser un référendum », s'interroge l'ex-gouverneur qui juge cette loi « inopportune ». Il rejoint ainsi le point de vue de l'opposition congolaise. Moïse Katumbi dénonce enfin « le recul généralisé des libertés individuelles » et « la hausse du niveau d'intolérance politique ». Une série de critiques très directes donc, mais qui évitent soigneusement de viser le président sortant Joseph Kabila.

De la même façon, Moïse Katumbi annonce qu'il quitte le parti au pouvoir le PPRD mais entretien le flou sur ses intentions. Rejoindre l'opposition ? Rejoindre la plate-forme des frondeurs de la majorité appelée G7 ? Etre candidat à l'élection présidentielle en 2016 ? Sur ces questions l'ex-gouverneur botte en touche et dit réfléchir.

Reste qu'en ayant récolté les voix de la plus grande province du pays, pour être élu gouverneur, Moïse Katumbi sait quelle légitimité démocratique il emporte avec lui et le divorce tonitruant que représente son départ aujourd'hui du PPRD. Du côté du gouvernement, son porte-parole Lambert Mende estime que Moïse Katumbi « fait un procès d'intention » au gouvernement, car il n'apporte aucune preuve de ce qu'il avance. « Rien ne prouve qu'il va y avoir non respect de la Constitution », insiste Lambert Mende, regrettant que l'ex-gouverneur « calomnie ainsi le président ».

Je ne dis pas que je serai candidat, je quitte le parti pour prendre un peu de repos et réfléchir sur ce que je vais faire à l'avenir.
Moïse Katumbi
30-09-2015 - Par Bernard Nageotte