Mali: signes de décrispation entre les groupes rivaux du Nord

Des militants indépendantistes du MNLA, à Kidal, dans le nord du Mali le 28 juillet 2013.
© AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Le nord du Mali semble se diriger vers une décrispation sur le terrain. Différents signes semblent aller dans ce sens : participations au processus, projets de patrouilles communes et question du cantonnement. Les deux principaux groupes rivaux (rebelles et mouvements armés pro-gouvernementaux) multiplient les gestes d'apaisement.

Les deux principaux groupes armés rivaux du Nord impliqués dans la mise œuvre de l’accord de paix d’Alger ont obtenu gain de cause. Jusqu’à nouvel ordre, leurs dissidents n’auront pas de place dans les sous-commissions du comité de suivi de l’accord d’Alger. Ils demandent même à leurs anciens camarades de réintégrer tout simplement les rangs.

Après avoir tapé du point sur la table, les rebelles et leurs adversaires d’une plateforme composée de groupes armés pro-gouvernementaux reviennent main dans la main autour de la table des négociations. On sent même une nette décrispation. Ce jeudi, la réunion de la commission technique de sécurité s’est même tenue à Bamako. Composée des représentants des rebelles, des groupes armés de la plateforme, de l’armée malienne et de la mission de l’ONU, cette commission a même abordé les questions de patrouilles conjointes sur le terrain dans le Nord ainsi que la question du cantonnement des troupes.

La reconnaissance des six sites de cantonnement proposé par la plateforme est en cours. On attend les propositions des groupes rebelles. Autre signe de décrispation, les deux principaux groupes rivaux se sont donné rendez-vous sur le terrain notamment dans la localité d’Anéfis situé dans la région de Kidal pour parler de paix.