Les Pays-Bas reprennent sous conditions leur coopération avec le Bénin

Vue de Cotonou, Bénin.
© Wikimedia

Les Pays-Bas ont décidé de reprendre sous conditions leur coopération avec le Bénin. Cette coopération avait été arrêtée le 6 mai dernier après la découverte d'un détournement de près de 4 millions d'euros dans un programme d'accès à l'eau et d'assainissement.

C'est dans une lettre envoyée le 8 septembre au Parlement néerlandais que Lilianne Ploumen, la ministre de la Coopération, a annoncé la reprise de l'aide. Dans cette lettre, que RFI s'est procurée, la ministre explique qu'elle prend cette décision compte tenu des efforts du Bénin dans cette affaire.

Les 4 conditions fixées par les Pays-Bas ont été « remplies pour la plus grande partie ». Le ministre béninois de l'Eau Barthélémy Kassa a dû démissionner, un cabinet d'audit international a pu enquêter et son rapport a situé les responsabilités juridiques. La ministre Liliane Ploumen écrit que les fonctionnaires impliqués ont été suspendus, mais qu'il est important que la justice suive son cours pour mettre fin à l'impunité et que, concernant Barthélémy Kassa, élu député en avril et vers lequel pèsent de forts soupçons, « malheureusement les députés n'ont pas donné suite à la demande de levée d'immunité parlementaire ». Le Bénin a présenté un plan d'action pour éviter toute nouvelle fraude, plan d'action qui doit maintenant être appliqué.

Concrètement, les programmes suspendus, dans la santé maternelle et la sécurité alimentaire, vont reprendre, mais avec un contrôle financier renforcé. En revanche, le programme d'accès à l'eau et à l'assainissement est bel et bien arrêté faute de garantie. Les Pays-Bas n'excluent pas de fournir une aide, mais sous une nouvelle forme dans ce secteur pour lequel ils étaient le plus gros bailleur à condition d'être rassuré sur l'utilisation de l'argent.

Le gouvernement a été informé le 10 septembre, date à laquelle l'ambassadeur des Pays-Bas au Bénin a remis la lettre au ministre des Affaires étrangères. Une information rendue publique discrètement par le biais d'un article mis en ligne sur le site internet du gouvernement.