Génocide rwandais: non-lieu pour le prêtre Wenceslas Munyeshyaka

Le prêtre Wenceslas Munyeshyaka lors d'un office à Evreux, le 29 janvier 2006.
© AFP PHOTO / ROBERT FRANCOIS

Vingt ans après le début de l'enquête, la justice française a prononcé un non-lieu au bénéfice du prêtre Wenceslas Munyeshyaka. Il est le premier Rwandais visé par une plainte en France pour le génocide de 1994. Un véritable choc pour le collectif des parties civiles pour le Rwanda qui traque les présumés génocidaires réfugiés en France.

Depuis vingt ans, l'abbé Munyeshyaka était dans leur collimateur. Pour le collectif des parties civiles pour le Rwanda, il était même en tête de liste des génocidaires présumés qu'il souhaitait voir traduit devant la justice française.

Wenceslas Munyeshaka, aujourd'hui, curé dans une petite commune de l'est de la France, était vicaire d'une paroisse à Kigali. Il était notamment soupçonné d'avoir livré des civils tutsis aux milices hutus. Des accusations qui ne reposaient que sur de trop fragiles témoignages ont estimé les juges d'instruction. Mais ce non-lieu stupéfie cependant Alain Gauthier, président du collectif des parties civiles pour le Rwanda : « Pendant le génocide son comportement a été des plus ambigus. C’est quand même quelqu’un qui était aux côtés des miliciens pendant le génocide. D’autres l’accusaient d’avoir participé à des tris de tutsis et de hutus. Tout le monde l’a vu en tout cas muni d’un gilet par balle. Tout le monde connaît les relations qu’il avait avec un certain nombre de grands militaires. Ce n’est pas un penseur de génocide, mais pour nous c’était un acteur très compromis dans ce génocide. »

Si ce non-lieu est conforme aux réquisitions du parquet de Paris, il peut encore être contesté devant la cour d'appel, ce que les parties civiles ne manqueront certainement pas de faire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.