Présidentielle: un Guinéen sur deux n'a pas confiance dans la Céni

Une affiche de campagne pour le président sortant Alpha Condé à Conakry où la présidentielle se tiendra dimanche 11 octobre 2015.
© REUTERS/Saliou Samb

A quelques jours du scrutin présidentiel guinéen, le consortium d'instituts de sondage Afrobaromètre publie une enquête sur la façon dont les Guinéens perçoivent le contexte politique de leur pays. Un sondage qui met en évidence un grave manque de confiance à l'égard de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

C'est un sondage embarrassant. Dans le contexte sensible de l'élection présidentielle qui doit se tenir dimanche 11 octobre prochain en Guinée, le groupement d'instituts de sondage Afrobaromètre publie une enquête accablante pour la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Les chiffres présentés sont issus d'une enquête réalisée il y a plusieurs mois auprès d'un échantillon de 1 200 personnes. Mais ils mettent en évidence des tendances de fond. La plus spectaculaire est sans doute le manque de confiance des Guinéens à l'encontre de la Ceni. Un Guinéen sur deux dit avoir peu confiance dans cet institution ou pas du tout.

Concernant la fiabilité du comptage des votes, 41 % des sondés estiment que cette comptabilisation se fait parfois seulement dans les règles ou même jamais.

Autre tendance marquante : les craintes de dérapage. 36 % des Guinéens interrogés disent craindre « un peu » ou « beaucoup » les actes de violence ou d'intimidations liés aux élections.

Selon ce sondage, les deux tiers des Guinéens estiment cependant que les élections législatives de 2013 étaient complètement libres et indépendantes, ou avec des problèmes mineurs.