La Mauritanie touchée par une épidémie de fièvre de la vallée du Rift

Vue aérienne de Nouakchott, Mauritanie.
© Wikimedia

L'épidémie de fièvre de la vallée du rift se confirme en Mauritanie. Le gouvernement mauritanien l’a officiellement notifié à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Près de 25 cas suspects ont été recensés à ce jour, mais des prélèvements continuent d'être acheminés à l'institut Pasteur de Dakar pour analyse.

Il y a déjà eu 25 cas suspects signalés, huit cas confirmés et quatre morts. C’est le premier bilan de l'épidémie de fièvre de la vallée du rift en Mauritanie. Même si le moustique peut transmettre la maladie, les personnes les plus à risques restent celles qui sont entrées en contact avec des animaux contaminés.

« Il faut dire que le mode de transmission de la fièvre de la vallée du Rift le plus fréquent, c’est de l’animal contaminé à l’homme. Ce mode de transmission de l’animal à l’homme est créé par contact avec le sang ou les organes d’animaux contaminés. Et ce sont surtout les éleveurs, les agriculteurs, les employés des abattoirs, les vétérinaires qui sont les plus exposés », rappelle Jean-Pierre Baptiste, représentant de l'OMS à Nouakchott.

Cette épidémie n'a cependant rien d'exceptionnel, assure le représentant de l'OMS à Nouakchott qui rappelle que le pays a déjà été touché en 2010 et 2012.

► à (ré)écouter : la fièvre de la vallée du rift

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.