Cette famine annoncée que l’Ethiopie ne veut pas voir

La région éthiopienne de l'Afar, dans l'Est du pays, est menacée par la sécheresse.
© AFP PHOTO / FRANCOIS MARTEL

La crise alimentaire s’aggrave en Ethiopie. D’après l’ONU, 15 millions de personnes sont menacées par la sécheresse en raison du phénomène climatique El Niño. Mais les autorités éthiopiennes préfèrent ne pas en parler.

Dans les ambassades et les ONG d’Addis-Abeba, on ne parle que de cela : une catastrophe alimentaire qui se profile, lorsque jusqu’à 15 millions d’Ethiopiens n’auront plus de quoi manger en raison du manque de pluie et des récoltes perdues.

Mais on en parle à mots couverts, car le gouvernement éthiopien veut rester discret. Les autorités ne veulent aucune image d’enfants mal-nourris. Les ONG ont même reçu pour consigne de ne pas parler à la presse. L’Ethiopie veut que l’on parle de ses 10 % de croissance économique par an, de ses grands chantiers ou encore de son nouveau tramway.

L’ONU dit pourtant que la malnutrition explose dans certaines parties de l’Afar et de la région Somali. Mais le gouvernement éthiopien assure que la situation est sous contrôle et sous étroite surveillance. Il promet de puiser dans ses réserves de grains.

En attendant, il est quasi impossible pour la presse de se rendre sur place. Deux correspondants étrangers ont été brièvement arrêtés cette semaine alors qu’ils se trouvaient dans une zone affectée par la sécheresse.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.