[Spécial Guinée] Les appels au calme se multiplient

Des heurts ont opposé les partisans de plusieurs candidats à la présidentielle en Guinée à Conakry, le 8 octobre 2015.
© AFP PHOTO / CELLOU BINANI

Dernières heures de campagne en Guinée, avant l'élection présidentielle prévue ce dimanche. La campagne électorale prend fin officiellement ce vendredi à minuit, alors que les opposants au président Alpha Condé demandent le report du vote. Les candidats de l'opposition voulaient d’ailleurs se réunir ce matin, mais le rendez-vous a finalement été reporté, car la situation s'est tendue à Conakry. Ce vendredi soir, un calme relatif régnait alors que les appels au calme se multipliaient.

Il est difficile de dire si ce rassemblement des candidats qui ont appelé la semaine dernière à un report du vote, aura lieu. Conakry est paralysé. D’un côté, il y a le quartier Kaloum, le centre de la capitale, où se trouve notamment le Palais présidentiel. La zone est calme, au point que l'on peut parler d’une ville morte. Il n’y a quasiment pas de circulation, pas d’activité et on peut lire l’inquiétude sur les rares visages que l'on y croise.

Dans les quartiers périphériques, au contraire, la situation est électrique. A Madina, notamment, des boutiques ont été brûlées la nuit dernière. La tension est vive également à Dixinn, le quartier où se trouve le tristement célèbre stade du 28 septembre, ou encore à Bambeto, zone située à la sortie de Conakry. Des quartiers où il y a déjà eu des affrontements dans le passé.

Affrontements entre militants ce vendredi matin

En fin de matinée, ce vendredi, en quelques minutes l’ambiance a radicalement changé. On a alors pu voir les partisans de la mouvance présidentielle et ceux de l’opposition, notamment de Cellou Dalein Diallo, se faire face, s’invectiver, se jeter des pierres, voire se battre. Certains sont armés de bâtons, de barres de fer. Les forces de l’ordre, police, armée, gendarmerie, circulent à grande vitesse, bloquent certains axes, cherchent bien évidemment à contrôler la situation.

Sidya Touré, le candidat à la présidentielle, joint par RFI, a lancé un appel au calme : « Il faut arrêter ces combats de coqs qui n’ont rien à voir avec la politique. Nous avons tous l’obligation d’aller vers une élection dans la paix ».

Vendredi soir, un calme relatif régnait. Dans ces quartiers populaires, la majorité des habitants, notamment les anciens, les enfants, rentraient dans leurs maisons. Tous appelaient eux aussi au calme et à l’arrêt des violences qui ont déjà fait deux morts jeudi soir. « Cela me fait très mal de voir ma Guinée dans cette violence. Nous demandons une élection transparente, une élection libre », explique l’un. « Tout cela, c’est la politique. Ce qui se passe est anormal. On ne le veut pas. Les politiciens nous divisent pour régner. Cela nous fait mal », renchérit un autre. « Nous sommes fatiguées de ces violences », conclut un Guinéen.

Nous nous associons à l'appel qui a été lancé à la population...
L'appel au calme du chef de la mission de l'Union Africaine pour ce scrutin présidentiel, Dileita Mohamed Dileita
10-10-2015 - Par RFI