Mali: attaque dans la région de Mopti, près de la frontière burkinabè

L'attaque de vendredi a eu lieu dans la région de Mopti, près de la frontière burkinabé.
© © RFI

Deux attaques imputées à des jihadistes ont eu lieu hier, vendredi, au Mali et au Burkina Faso. Trois civils ont péri dans la région de Mopti, dans le centre du Mali, tandis qu'à 500 km de là, dans l'ouest du Burkina, tout près de la frontière malienne, trois gendarmes et un civil ont été tués. On ignore si ces deux attaques ont un lien ou pas.

Les actions contre le Burkina Faso et le Mali sont-elles désormais coordonnées par les groupes jihadistes ? Le fait est que les attaques ont eu lieu le même jour et le long de la même frontière entre les deux pays. Bilan provisoire côté malien, un mort parmi les assaillants selon certaines sources, trois personnes tuées selon d'autres.

L’attaque attribuée à des jihadistes dans le centre du pays semble avoir été minutieusement préparée. Les événements ont eu lieu jour de marché, donc un peu jour de fête : il y avait du monde et des motocyclistes à circuler.

Les assaillants étaient nombreux selon des témoins, une trentaine, et ils scandaient des slogans jihadistes. Qui sont-ils ? Des fidèles du prédicateur radical Amadou Koufa, qui porte le nom de son village dans la région de Mopti, affirment plusieurs sources.

Un calme précaire est revenu dans la localité malienne où se sont déroulés les faits et dans la nuit de ce vendredi à samedi, un renfort militaire a quitté Mopti, chef lieu de région, pour le secteur situé non loin de la frontière avec le Burkina Faso.