[Spécial Guinée] Des irrégularités en région

En Guinée, huit candidats sont en lice pour le premier tour de l'élection présidentielle (photo d'illustration de 2010).
© AFP PHOTO/Seyllou

En Guinée, J-1 avant le premier tour de l'élection présidentielle. Alors que l'opposition réclame le report, la commission électorale nationale indépendante, la CENI, se dit prête pour le scrutin de dimanche. En région, certains électeurs se plaignent de l'éloignement entre leur bureau de vote d'affectation et leur lieu d'habitation, ce qui les empêchera dimanche d'aller voter. D'autres ont reçu plusieurs cartes d'électeurs. Reportage à N’zérékoré.

Dans une boutique du grand marché de N'zérékoré, quatre commerçants constatent la même anomalie, ils ont chacun en leur possession deux cartes d'électeurs. « Il y a mon nom sur les deux cartes d’électeurs, la date de naissance aussi. Le lieu d’affection du bureau de vote diffère. Si je veux voter deux fois, je peux donc le faire », raconte Mamadou.

Le cas de Mamadou n'est pas isolé. Selon la mission d'observation de l'Union Européenne, dans la région forestière, certains auraient jusqu'à 12 cartes. Erreurs dans le fichier électoral ou manque de contrôle dans les points de retraits ? Pour Françoise Lopou, la présidente de la CEPI, la Commission électorale préfectorale indépendante, ces dysfonctionnements n'entacheront pas le scrutin de dimanche : « Pendant le vote, quand on a mis le bulletin dans l’urne, on trempe le doigt dans l’encre pour éviter que la personne aille ensuite voter ailleurs. Il faut 24 heures pour que cette encre s’enlève. L’élection est très complexe, s’il y a des irrégularités, ce sera vraiment minime. »