RCA: les rencontres du gouvernement ne font pas l’unanimité

L’Assemblée nationale centrafricaine, Bangui.
© RFI/David Thomson

La Centrafrique vient d'entamer une semaine de consultations entre le gouvernement et les forces vives de la nation pour discuter des élections et de la sécurité, notamment après les évènements meurtriers de la fin du mois de septembre couplés à la démission du président de l'Autorité nationale des élections. Une consultation boudée par beaucoup à Bangui.

Anti-balaka, ex-Seleka, mais aussi la majorité des partis politiques opposés au gouvernement, ont refusé de participer aux consultations.

Pour Crépin Mboli Goumba, le porte-parole de la concertation des partis politiques de l'opposition, la chef de l'Etat a choisi à qui elle voulait s'adresser : « La présidente intérimaire a décidé de contourner toutes les organisations dignes de ce nom, simplement parce qu’elle est convaincue que ces organisations-là ne sont pas dociles. Le but premier de cette manœuvre, c’est de tromper la vigilance de la communauté internationale pour après dire : "Voilà, nous avons eu une concertation approfondie avec les Centrafricains". Personne n’est dupe, même le groupe le plus important, le groupe politico-militaire l’ex-Seleka, a opposé une fin de non-recevoir. Finalement, sa concertation, elle l’a fait avec qui ? »

Des consultations rallongées

Pour Clément Guiyama Massogo, le porte-parole de la présidence, ceux qui refusent le dialogue sont ceux qui ne veulent pas voir le pays avancer : « On s’était mis tous d’accord dans ce pays, que les armes ne devaient plus parler, que le seul mode de règlement de conflit, c’était le dialogue. Donc, aujourd’hui, s’il y a des gens qui ne veulent pas venir à la table de dialogue, à mon humble avis, je pense qu’ils se mettent au ban de l’histoire de leur pays. »

Le porte-parole a également précisé que les consultations ne s'arrêteraient pas vendredi, comme initialement prévu. Elles devraient se prolonger pendant deux semaines.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.