Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: Amnesty contre l’amnistie des auteurs du coup d'Etat

Le RSP, corps d'élite de l'armée, était considéré comme la garde prétorienne de l'ancien président Blaise Compaoré. Sa dissolution était réclamée depuis longtemps notamment par la société civile.
© AFP/SIA KAMBOU

Amnesty International se prononce contre une amnistie en faveur de l'ex-RSP, le régiment de sécurité présidentielle au Burkina Faso. L’ONG réclame aussi qu'une commission d'enquête indépendante se penche sur les violations des droits humains observées dans les jours qui ont suivi le coup d'Etat du 16 septembre dernier afin que leurs auteurs soient identifiés et punis. D'après les éléments recueillis par l'organisation et rendus publics, 14 manifestants et passants dont deux enfants ont été tués par des tirs d'armes automatiques imputables à des membres du RSP.

Nous avons pu constater que six des personnes avaient été tuées par balle dans le dos, ce qui voudrait dire que ces personnes essayaient de s’enfuir et qu’elles n’étaient pas en face à face avec les éléments du RSP qui leur ont tiré dessus. Ça c’est un élément extrêmement important qui montre que la vie des éléments du RSP n’était pas en danger et malgré cela ils tirent.

Gaëtan Mootoo
15-10-2015 - Par Florence Morice

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.