Elections au Burkina Faso: la date du 29 novembre confirmée

Ces élections doivent mettre fin à la transition au Burkina Faso. Photo : Michel Kafando, le président de transition, le 23 septembre 2015.
© AFP PHOTO / SIA KAMBOU

Le gouvernement burkinabè a confirmé mercredi la nouvelle date des élections présidentielle et législatives. Les Burkinabè sont appelés aux urnes le 29 novembre prochain. Il a aussi annoncé que des mesures avaient été prises pour assurer la sécurité du scrutin.

Après le choix de la date par tous les signataires de la transition, le gouvernement burkinabè convoque le corps électoral pour le premier tour de la présidentielle et les législatives le 29 novembre prochain. « Le gouvernement a adopté la date du 29 novembre 2015. En conséquence de cela, il y a deux décrets qui ont été adoptés convoquant le corps électoral pour l’élection présidentielle et pour les élections législatives le même jour, indique Youssouf Ouattara, ministre de l’Administration territoriale. On est largement dans les délais pour prendre le décret ouvrant la campagne. »

Initialement prévues le 11 octobre, ces élections doivent mettre fin à la transition politique mise en place après l'insurrection populaire ayant chassé fin 2014 l'ex-président Blaise Compaoré, après 27 ans au pouvoir.

Interdiction des véhicules aux vitres teintées 

Afin de permettre une bonne tenue de ces élections après le coup d’Etat manqué de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle le 17 septembre dernier, les forces de défense et de sécurité mènent des opérations de sécurisation du territoire national. « Des dispositions sont prises pour que les élections puissent se dérouler dans des conditions acceptables, assure le ministre. Ce sont des dispositions qu’il faut prendre non seulement avant et pendant, mais aussi après les élections. »

Les ministères de la Sécurité et de la Défense viennent d’interdire la circulation de tout véhicule ne disposant pas de plaque d’immatriculation ainsi que ceux ayant des vitres teintées, sur toute l’étendue du territoire national. Le gouvernement menace de sanctions toute personne ne respectant pas ces nouvelles dispositions.