Présidentielle en Guinée: le calme à N'zérékoré avant les résultats

À N'zérékoré, en Guinée forestière, la compilation des résultats est terminée.
© creative commons / Global Photographer

À N'zérékoré, en Guinée forestière, la compilation des résultats est terminée. Direction Conakry pour ce procès-verbal (PV) final, vers la Céni, la Commission électorale chargée de recevoir les PV de toutes les préfectures. Contrairement à Conakry, depuis le scrutin de dimanche, les activités ont repris normalement dans la région, les rues sont calmes. Mais, sur le grand marché de la ville, certains ont peur que les contestations et les troubles qui se déroulent dans la capitale ne fassent tache d'huile dans la région.

Eclat de rire au marché de N'zérékoré. Depuis lundi, madame Sidibé est détendue, elle vend ses glaces et ses boissons tout à fait normalement. « Tout le monde travaille, les fonctionnaires sont au bureau, les commerçants sont au marché, tout le monde est calme. On ne va pas se tuer à cause des présidentielles. Ce n’est pas la peine ».

Un doyen acquiesce : « Il y a que l’entente que nous cherchons à N'zérékoré, mais pas que à N'zérékoré, dans toute la République. Que tu sois Peul, que tu sois Malinké, que tu sois Forestier, que tu sois Soussou, nous on ne veut pas de problèmes, nous voulons la paix ».

La situation à Conakry suivie de près

Pourtant, les récentes violences entre sympathisants de l'UFDG et du RPG ont laissé des traces. Les affrontements, qui ont fait au moins un mort et une trentaine de blessés, se sont déroulés non loin du marché la semaine dernière. Et Abdou s'inquiète pour sa boutique : « S’il y a la paix, il y a du commerce. S’il n’y a pas la paix, ça ne peut pas bouger ».

Mohammed insiste sur les troubles à Conakry, qu'il ne faut pas prendre à la légère, explique-t-il : « Quand tu vois le feu chez ton ami, c’est chez toi aussi. Il faut tout faire pour l’éteindre. Maintenant s’il y a feu à Conakry, c’est qu’il y a feu à N'zérékoré parce que c’est la Guinée. Quand Conakry s’éteint, c’est toute la Guinée qui s’éteint ».