Afrique du Sud: une nouvelle peinture de Jacob Zuma fait scandale

Le président Jacob Zuma devant le Parlement, au Cap, le 12 février 2015.
© Reuters/Nic Bothma/Pool

En Afrique du Sud, une nouvelle peinture fait scandale. Intitulé « le pouvoir de la pornographie », le tableau met en scène le chef de l'Etat Jacob Zuma violant une jeune femme représentant l'Afrique du Sud. La toile est signée Ayanda Mabulu, un artiste provocateur, qui dit vouloir dénoncer les abus du président et de son gouvernement. 

Ce n'est pas la première fois que Jacob Zuma et ses attributs masculins font l'objet une peinture. Il y avait eu le célèbre tableau The Spear, (la Lance), montrant le chef de l'Etat, les parties génitales bien en évidence.

Mais cette fois-ci, la critique est plus crue, plus violente. On y voit le président Zuma , en costume traditionnel Zulu participant au viol d'une jeune femme, qui symbolise l'Afrique du Sud.

Pour l'artiste Ayanda Mabulu, il ne s'agit pas de sexe.

« La peinture n'a rien à voir avec le pénis du président, mais il s'agit de pouvoir. Ce qui me dérange c'est les valeurs selon lesquelles il gouverne. Ce qu'il fait à notre pays. La jeune femme dans cette peinture est en train d'être dépouillée par l'ANC. Notre pays est en train d'être mis a sac par l'ANC.

Comment est-ce que dans une peinture vous dites "arrêtez de baiser notre pays", "arrêtez de molester notre pays, notre jeune démocratie" ? Comment est-ce que vous faites passer ce genre de message ? », précise Aynda Mabulu.

Jacob Zuma - marié à six femmes et père de 21 enfants - a souvent été attaqué pour sa vie sexuelle effrénée. Mais cette fois-ci, la critique va beaucoup plus loin. Signe pour certains que nombreux Sud-Africains sont excédés des abus, notamment financiers du président et de son parti, et ont perdu tout respect pour le chef de l'Etat.

Pour l'instant ni la présidence, ni le parti au pouvoir n'ont réagi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.