Mali : rentrée des classes à Kidal sans cérémonie officielle

La rentrée scolaire pour les enfants de Kidal a finalement eu lieu mais sans cérémonie officielle.
© AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Au Mali, il y a finalement eu une rentrée scolaire symbolique, ce lundi 19 octobre, mais sans la cérémonie officielle qui était initialement prévue. Le gouvernement et les ex-rebelles de la CMA qui contrôlent Kidal, au nord du pays, avaient décidé, d'un commun accord, qu'une délégation ministérielle devait venir dans cette ville du Nord pour célébrer officiellement la reprise des cours. Cependant, au dernier moment, sur la pression de certains habitants, les ministres de Bamako ont été déclarés persona non grata. La cérémonie qui associait le gouvernement a donc été reportée, mais les élèves ont, eux, repris le chemin de l'école.

Une cérémonie de rentrée scolaire a finalement bien eu lieu ce lundi après-midi, à Kidal, mais pas la cérémonie officielle qui était préparée depuis plusieurs jours. C'est un raté, un faux-pas, reconnaît la CMA qui explique que les populations n'ont pas été bien préparées et ont mal interprété la venue des ministres. Joint par RFI, Zeid ag Mohamed, représentant de la CMA à Kidal, chargé de la commission administrative et de gestion de la ville, espère qu'une solution sera très vite trouvée.

« Il est important de reconnaître que la CMA a officiellement invité les autorités maliennes. Cela n’a pas marché, mais on va corriger. On trouvera la meilleure formule pour qu’il n’y ait plus de problèmes », a déclaré Zeid ag Mohamed.

La venue d'un ministre à Kidal n'est pas exclue, assure le représentant de la CMA qui joue l'apaisement. De son côté, Koïna ag Ahmadou, le délégué du ministère de l'Education qui a préparé la cérémonie annulée, se veut lui aussi rassurant. Il demande aux populations de ne pas avoir peur de l'arrivée d'un ministre.

« La visite du ministre n’a rien de particulier. L’objectif c’était d’avoir une cérémonie plus officielle. Aux yeux des partenaires et aux yeux de la communauté internationale, il n’y a pas eu d’autres connotations », a tenu à préciser koïna ag Ahmadou.

En attendant que les familles soient rassurées, les enfants ont retrouvé le chemin de l'école. Les cours devraient se poursuivre toute la semaine, avec les quelques enseignants restés à Kidal.