RCA: après les récentes violences, l'ONU menace de sanctions

L'ONU invite également les autorités de transition de RCA, dont Catherine Samba-Panza (ici à l'ONU, le 26 septembre 2015) est la présidente, a adopter un calendrier électoral au plus vite.
© AFP PHOTO / TIMOTHY A. CLARY

Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est exprimé par le biais d'une déclaration unanime sur la Centrafrique. Dans cette déclaration proposée par la France, les diplomates reviennent sur les violences qui ont embrasé Bangui fin septembre-début octobre, faisant 77 morts et près de 400 blessés. Certains actes rapportés lors de ces violences pourraient constituer des crimes de guerre, rappelle le Conseil. Les diplomates envisagent également d'allonger la liste des personnes à sanctionner. Il est aussi question des élections.

Dans sa déclaration, le Conseil de sécurité des Nations unies répète son intention d'allonger la listes de personnes ou d'entités qui pourraient faire l'objet de sanctions, pour avoir participé aux récentes violences, les avoir commanditées ou même soutenues.

Accessoirement, le Conseil s'inquiète d'informations relatives au voyage dans la région de deux personnalités frappées de sanctions, dont une interdiction de voyager. Le Conseil ne cite personne, mais on sait que François Bozizé est arrivé récemment en Afrique du Sud et que le leader de l'ex-Seleka Nourreddine Adam se trouve en Centrafrique.

Toujours à propos de ces violences, les diplomates déplorent que des éléments des FACA (Forces armées de Centrafrique) aient participé aux événements, ce qui, selon le Conseil, marque une fois de plus la nécessité d'avancer dans la réforme du secteur de la sécurité.

Concernant les élections, les 15 membres du Conseil de sécurité se félicitent des progrès accomplis dans l'enregistrement des électeurs sur les listes – 1, 8 million, selon l'Autorité nationale des élections. L'ANE, avec le Conseil national de transition (CNT) et le gouvernement, est priée d'adopter et publier dans les plus brefs délais un calendrier. Et le Conseil de renouveler l'urgence selon lui de tenir le référendum et le premier tour des élections présidentielle et législatives avant la fin de l'année.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.