Republier
Libye ONU

Libye: le Parlement de Tobrouk rejette le plan de paix de l'ONU

Des libyens manifestent à Benghazi contre la proposition de gouvernement d'union national de l'ONU, le 16 octobre 2015.
© AFP PHOTO / ABDULLAH DOMA

En Libye, la perspective d’un gouvernement d’union s’éloigne de plus en plus. Le Parlement de Tobrouk, reconnu par la communauté internationale, vient de rejeter le gouvernement d’union proposé par l’ONU. Ses émissaires en avaient pourtant accepté le principe au début du mois. Quatre ans jours pour jour après la mort de Kadhafi, aucune solution à la crise ne se profile en Libye, pays que se dispute deux entités l’une basée à Tobrouk l’autre à Tripoli tandis que des jihadistes affiliés au groupe Etat Islamique sévissent sur une partie de la Cyrénaïque à l’Est.

Le Parlement de Tripoli avait déjà refusé d’entériner le gouvernement d’union, mais une ratification par les députés de Tobrouk aurait pu justifier une ultime phase de négociations et, si nécessaires, quelques concessions. Le refus de Tobrouk enterre cette solution, au grand dam de la communauté internationale.

Lundi 19 octobre, les Etats-Unis, l’Algérie, la Tunisie, plusieurs membres de l’Inion européenne le Qatar, les Emirats Arabes Unis ou encore la Turquie avaient exhorté, dans un communiqué conjoint, les parties libyennes à appliquer l’accord, accord âprement négocié ces derniers mois par le volontariste Bernardino Leon, représentant spécial des Nations unies en Libye.

Le Parlement de Tobrouk prend donc le risque de se priver du soutien de la communauté internationale. Il risque aussi de perdre ses seuls soutiens armés dans l’ouest du pays. Il a récemment voté une loi pour prolonger son mandat qui doit expirer ce mardi 20 octobre, cette décision a fort déplu aux puissantes milices de Zintane dans le Djebel Nefoussa au sud-ouest de Tripoli.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.