Afrique du Sud: la contestation étudiante aux portes du Parlement

Les étudiants sud-africains manifestent contre l'augmentation de leurs frais de scolarité pour la rentrée prochain.
© REUTERS/Mark Wessels

Des heurts ont éclaté ce mercredi après-midi devant l'Assemblée nationale au Cap. Plusieurs centaines d'étudiants manifestaient contre une augmentation des frais d'inscription à l'université. Le rassemblement a tourné à l'altercation avec la police. Les manifestations étudiantes ont démarré la semaine dernière à l'université de Johannesburg et se sont répandus à toutes les grandes facs du pays. Mercredi soir, au moins 17 universités étaient touchées.

La contestation s'amplifie. Mercredi, plusieurs centaines d'étudiants de l'université du Cap ont marché jusqu'au Parlement. Ils dénoncent l'augmentation des frais de scolarité pour la rentrée prochaine. Un groupe a réussi à s'introduire dans l'enceinte du Parlement. Les policiers anti-émeutes ont immédiatement réagi en tirant des grenades assourdissantes.

A l'intérieur du Parlement, les députés sont restés impassible. Lors de la lecture de son discours de politique budgétaire, le ministre des Finances Nhanhla Nene a toutefois assuré que le gouvernement étudiait le problème. « Notre capacité à éduquer et à former n'est pas suffisante, il nous faut investir pour améliorer la qualité. Nos investissements ne sont également pas suffisants. Il nous faut moderniser les technologies afin d'être compétitif dans une économie mondiale », a-t-il promis.

En fin d'après-midi, le ministre de l'Enseignement supérieur Blade Nzimande est sorti de l'hémicycle pour tenter discuter avec les étudiants, mais s'est fait huer. En fait de journée, la police a réussi à disperser les manifestants. Et plus d'une dizaine d'étudiants ont été arrêtés. Parmi eux, le fils d'un haut cadre de l'ANC et ancien activiste anti-apartheid.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.