Afrique du Sud: Jacob Zuma cède à la revendication des étudiants en colère

Jacob Zuma, le 4 juin dernier au Cap.
© Reuters/Sumaya Hisham

En Afrique du Sud, les étudiants n’ont pas désarmé. Ils ont manifesté ce vendredi devant le siège du gouvernement à Pretoria pour protester contre l'augmentation des frais d'université. La police anti-émeute est intervenue avant que Jacob Zuma annonce finalement l’annulation de la hausse de ces frais d’inscription.

Les étudiants sud-africains ont fini par avoir gain de cause. Jacob Zuma a annoncé dans l’après-midi l’annulation de la hausse des frais d’inscription à l’université. Une décision qui pourrait mettre un terme à un mouvement de colère qui a sombré un peu plus tôt dans la journée dans la violence.

La manifestation de ce vendredi a carrément tourné à l’affrontement. Les étudiants ont lancé des pierres sur la police et les forces de l’ordre ont répliqué à coups de gaz lacrymogène et de tirs de balles en caoutchouc.

Le rassemblement avait bien commencé ce matin, 10 000 à 15 000 étudiants étaient alors devant le palais présidentiel. Une petite délégation a même rencontré le président de la République pour lui faire part de leur demande de gel des augmentations des frais scolaires.

Petit à petit, la tension est montée. Les étudiants, fatigués d’attendre après plus de quatre heures sur place, ont commencé à scander « Où est Zuma ? ». Ils ont essayé d’accéder au bâtiment et c’est là que la manifestation a dégénéré avec des jets de pierres et des grenades assourdissantes.

Finalement, le président Jacob Zuma s’est plié aux revendications des étudiants. « Nous sommes tombés d'accord sur le fait qu'il n'y aura aucune augmentation des frais de scolarité en 2016 », a-t-il indiqué à l'issue d'une réunion avec les leaders de la contestation.