Le président IBK sur la tombe des soldats maliens morts en France

Le président malien IBK et le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Douaumont, le 22 octobre 2015.
© REUTERS/Fred Marvaux/Pool

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta terminait jeudi sa visite officielle en France. Il s’est rendu à Douaumont, dans l’est de la France, pour rendre hommage aux soldats maliens tombés lors de la Première Guerre mondiale. Une visite chargée de sens.

Après avoir passé en revue les troupes, le président malien s’est recueilli sur les tombes de ses compatriotes dont il a salué le courage et la bravoure, au carré musulman de Douaumont, dans l’est de la France. Même si la plupart des corps des soldats maliens n’ont pas été retrouvés, à l’instar du grand-père du président IBK.

« Tous ceux venus d’Afrique pour participer à la Grande Guerre sont venus sans savoir où ils allaient. Ils ont quelquefois été de la chair à canon », a souligné Ibrahim Boubacar Keïta avant de rallumer la flamme de l’ossuaire de Douaumont.

Jetés dans la boue glacée d’un pays qu’ils ne connaissaient pas, plus de 10 000 Maliens sont tombés lors de la Première Guerre mondiale. La plupart venaient du sud du pays où les révoltes contre l’enrôlement de force étaient durement réprimées par l’administration coloniale française.

© REUTERS/Fred Marvaux/Pool