Tchad: une femme kamikaze arrêtée, d'autres suspects recherchés

Les environs du lac Tchad sont régulièrement la cible d’attaques de Boko Haram, devenu l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest, comme ici à Ngouboua, en avril 2015.
© AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

Au Tchad, les services de sécurité ont arrêté ce jeudi 22 octobre, près de Baga Sola, une femme qui devait faire exploser une bombe, mais dont la charge explosive s’est en partie désintégrée avant qu’elle n’atteigne sa cible. Interpellée, elle a signalé la présence d’autres kamikazes dans la nature.

De notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako

C’est une large blessure à la cuisse gauche de cette dame qui a attiré l’attention des services de sécurité, ce jeudi matin. Interpellée non loin de Baga Sola, elle a indiqué qu’elle avait pour mission de se faire exploser dans le village de Dabantchali pour le compte de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ex-Boko Haram). Mais au moment de traverser un des bras du lac, la charge s’est désintégrée au contact de l’eau. « Je n’étais pas seule. Quatre combattants de ma katiba ont aussi traversé au même moment. Eux avaient pour mission de se rendre à Bol pour le même objectif », a-t-elle ajouté.

De sources sécuritaires, plusieurs interpellations ont eu lieu depuis jeudi. Mais toujours pas de nouvelles des quatre kamikazes évoqués par la femme. « Nous essayons d’avancer vite tout en faisant attention à ne pas tomber dans le piège de la dénonciation calomnieuse », confie un enquêteur.

En effet, beaucoup de personnes innocentes se sont déjà retrouvées entre les mains des services de sécurité sur dénonciation avant qu’on ne réalise qu’il s’agissait de règlement de comptes.