Iles Eparses: le contentieux franco-malgache refait surface

Juan de Nova, l'une des cinq îles Eparses françaises, située dans le canal du Mozambique.
© AFP PHOTO / SOPHIE LAUTIER

C'est un sujet récurrent de tensions entre la France et Madagascar. La question des îles Eparses, ces territoires français revendiqués par la Grande île, revient dans le débat. Leur sous-sol pourrait être très riche en gisements d'hydrocarbures, ce qui attise ce conflit territorial vieux de 40 ans. L'an dernier, le président malgache avait mis en avant la possibilité de cogérer ces îles avec la France mais l’idée est restée à l'état de projet. Paris ne semble d'ailleurs pas prêt à lâcher du lest.

« Les îles Eparses appartiennent à la France ». Cette déclaration de l'ambassadrice de France, le mardi 20 octobre, à la presse malgache, soulève l'indignation sur les réseaux sociaux et dans certains journaux de la capitale. La question des îles Eparses est sensible car en effet, Madagascar revendique ces territoires depuis 1973 et la résolution du conflit territorial semble encore lointaine.

Une cogestion a été envisagée, il y a un an, par le président malgache. Il avait évoqué cette solution, à son retour de Paris, après une rencontre avec son homologue français, François Hollande. Mais depuis, pas d'avancée concrète et le sujet ne semble pas être une priorité pour Hery Rajaonarimampianina.

« Nous attendons les discussions avec la France », a récemment déclaré le président malgache avant d'appeler ses concitoyens à se « focaliser prioritairement sur le développement » du pays.

Pendant ce temps, les recherches d'hydrocarbures continuent au large des îles. Mi-septembre, le ministère français du Développement durable et de l'Energie a prolongé le permis d'exploration de deux sociétés minières qui effectuent des forages autour de l'île Juan de Nova, dans le canal du Mozambique.

Plusieurs études estiment que le canal du Mozambique pourrait renfermer 6 à 12 milliards de barils de pétrole et 3 à 5 milliards de mètres cubes de gaz.