Présidentielle en Côte d'Ivoire: quels enjeux pour les candidats?

Un peu plus de 6 millions d'Ivoiriens sont inscrits sur les listes électorales, mais l'abstention risque d'être forte. Photo : des urnes dans un centre de distribution à Abidjan, le 24 octobre 2015.
© AFP PHOTO / SIA KAMBOU

Les Ivoiriens sont appelés aux urnes ce dimanche pour le premier tour de l’élection présidentielle. Après le désistement de trois candidats pendant la campagne, ils ne sont plus que sept en lice : deux femmes et cinq hommes. Le président sortant, Alassane Ouattara est favori du scrutin.

Pour le président sortant, Alassane Ouattara, l'enjeu du scrutin est double : être reconduit dans ses fonctions dès le premier tour comme il l'appelle de ses vœux bien sûr, mais avec un taux de participation suffisamment élevé pour qu'il atteste de l'intérêt des Ivoiriens pour cette élection présidentielle.

Une reconduction nécessaire pour achever le travail commencé de reconstruction du pays, affirme Alassane Ouattara, et aussi pour conduire une réforme constitutionnelle qu'il compte faire adopter par référendum dans les douze premiers mois de son mandat, s'il est réélu. Elle abrogerait l'article 35 sur l'origine des candidats à la présidentielle, mais elle irait bien au-delà, avec la possibilité pour le chef de l'Etat de dissoudre l'Assemblée ou bien d'instaurer une vice-présidence.

Côté opposition, empêcher une victoire au premier tour

Pour l'opposition l'enjeu du scrutin est tout autre. Il s'agit pour Pascal Affi N’Guessan du Front populaire ivoirien (FPI, parti de l’ex-président Laurent Gbagbo) ou Bertin Konan Kouadio, candidat indépendant, ses deux plus gros concurrents, de faire échouer Alassane Ouattara dans son projet de victoire dès le premier tour.

Et pour le président du FPI comme pour le député PDCI, il s'agit aussi de montrer que d'une part, l'opposition socialiste de Laurent Gbagbo est toujours aussi vivace malgré un schisme, et d'autre part, que l'appel de Daoukro est mal vécu par les électeurs PDCI qui pourraient décider de voter Bertin Konan Kouadio.

Autant d'enjeux et de conclusions qui seront mesurés le soir des résultats en fonction surtout du taux de participation qui n'atteindra probablement pas les 80 % de 2010. Un peu plus de 6 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales mais l'abstention risque d'être forte. Les résultats sont attendus dans la semaine.