Guinée: des femmes de l'UFDG réclame la libération de leurs proches

Manifestation de femmes de l'UDFG à Conakry, le 30 octobre 2015.
© AFP PHOTO/ CELLOU BINANI

Des dizaines de femmes de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti d'opposition en Guinée, ont manifesté vendredi 31 octobre devant les ministères de la Justice et celui des Droits de l'homme et des libertés publiques pour exiger la libération de plus de soixante des leurs, détenus depuis mi-septembre et à l'approche du scrutin présidentiel du 11 octobre dernier. Ces responsables, militants et sympathisants de l'UDFG ont été arrêtés lors d'échauffourées entre eux et les militants du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), le parti présidentiel qui eux n'ont pas été inquiétés.

« Nous sommes venus ici chez le ministre des Droits de l’homme, pour qu’on puisse libérer nos enfants, nos frères, nos maris. Ils ont été arrêtés avant les élections. C’est les gens du RPG qui ont fait la pagaille et ils n’ont arrêté aucun membre du RPG. Ce n’est pas juste, c’est injuste. »

Ce sont des femmes pour la plupart, portant des foulards rouges, signe de colère et de révolte, qui ont arpenté les escaliers des ministères de la Justice et des Droits de l’homme pour exiger justice pour leurs partisans détenus sans jugement.

En l’absence du garde des Sceaux, le ministre des Droits de l’homme, Gassama Diaby a apporté réconfort et assurance aux manifestants de l’UFDG, comme l’atteste la vice-présidente du principal parti d’opposition, et députée à l’Assemblée nationale, Anne Marie Tofani : « Effectivement nous sommes très rassurés parce qu’on a rencontré un homme de cran, un homme de plein d’humilité, de compréhension. Et nous pensons que les solutions seront trouvées de part et d’autre. »

Le ministre des Droits de l’homme Gassama Diaby, attentif aux doléances des manifestantes, explique : « Ils ont exprimé un certain nombre de souhaits politiques. En ma qualité du ministre des Droits de l’homme, j’ai exprimé bien entendu aussi le souci que des actes positifs à la sortie de ce processus électoral soient posés, allant dans le sens de l’apaisement. Donc nous avons convenu de travailler ensemble pour voir tout ce qui est possible à faire, et sur le plan juridique et sur le plan politique, pour continuer à travailler dans le sens de la paix, pour notre pays. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.