Présidentielle en Ouganda: Museveni se lance dans la course

Les militants attendent le président-candidat Museveni au Kololo Airstrip, à Kampala, le 3 novembre 2015.
© RFI/Gaël Grilhot

En Ouganda, la campagne pour les élections présidentielles de février prochain est lancée. Ce mardi, Yoweri Museveni est devenu officiellement et pour la quatrième fois, le candidat de son parti le MRN (Mouvement de résistance nationale). Pour l’occasion, Museveni s’est offert un immense meeting au Kololo Airstrip, à Kampala, où des milliers de personnes l’attendaient.

Sifflets, vuvuzela… Habillés de T-shirts jaunes à l’effigie de Yoweri Museveni, ils sont venus par milliers accueillir leur président-candidat à l’ancien aéroport de Kampala. Si certains ont affirmé à RFI être payés pour assister à cette cérémonie, il ne fait nul doute que le président est très populaire.

Ils étaient nombreux comme Juliette à vouloir partager leur joie de cette quatrième candidature : « Je suis heureuse parce que nous avons une belle vie dans notre pays, dans notre vie de citoyen, et dans le fait d’être Ougandais. Pour moi aujourd’hui, ce qui est important c’est que je suis née sous ce régime, j’ai étudié sous ce régime, je travaille sous ce régime, c’est pourquoi je suis heureuse ».

Tout comme Sekewayasi : « Je suis ici pour soutenir notre président, parce qu’il me soutient aussi dans mon éducation, il m’a donné un grand coup de main dans l’ensemble de mon éducation. Museveni est la personne qui a apporté la paix ici en Ouganda. Depuis que je suis né, je n’ai jamais vu la guerre ».

Les militants ont attendu toute la matinée leur leader sous un soleil de plomb. Mais c’est sous la pluie battante, abrité sous un parapluie, que le président sortant a fait son discours. Il a notamment insisté sur sa volonté de soutenir la jeunesse et l’emploi. « Je demande votre vote pour finir ce que j’ai commencé », a-t-il demandé.

Le même jour, l’ancien Premier ministre de Museveni et désormais son opposant, Amama Mbabazi, a lui aussi lancé sa campagne, en indépendant. L’opposant historique, Kifefe Kizza-Besigye entre lui dans la course ce mercredi. Les deux opposants n’ont pas réussi à trouver un terrain d’entente pour présenter une opposition soudée face à Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986.