Nigeria: Shell mis en cause pour des pollutions dans le delta du Niger

Vue aérienne d’une partie du delta du Niger, engluée dans le pétrole, en mars 2013.
© AFP PHOTO/PIUS UTOMI EKPEI

Le géant pétrolier anglo-néerlandais Shell a été épinglé dans un rapport publié ce mardi 3 novembre par l'ONG Amnesty International. En cause, les déversements d'hydrocarbures qui polluent l'environnement du Delta du Niger dans le sud du Nigéria. Selon l'ONG, après deux marées noires majeures en 2008-2009, la compagnie n'aurait pas fait le nécessaire pour nettoyer les sites comme elle s'y était engagée auprès du gouvernement et des communautés locales comme les Bodos, dont tout l'environnement est encore marqué par la catastrophe.

A Bodo, en pays ogoni, il n'y a pas de production de pétrole, mais des pipe-lines traversent la zone. Depuis les deux catastrophes de 2008 et 2009, l'eau et la terre sont par endroits gorgées d'hydrocarbures avec des conséquences désastreuses pour cette population de pêcheurs.

« Nos hommes ne peuvent évidemment plus aller pêcher, déplore Mene Sylvester Kogbara, le leader des Bodos. Et les marchands de poissons qui se fournissaient auprès d'eux ne peuvent plus écouler aucun poisson: ils ont mis la clé sous la porte. Donc, la perte de revenu est très grande pour la communauté. »

Action en justice

Avec le soutien d'ONG, les Bodos ont mené un combat épique en justice contre Shell. Finalement, l'année dernière, les deux parties ont conclu un accord à l'amiable. Il prévoyait le versement d'indemnités aux populations mais aussi le nettoyage de la zone.

« Chacun d'entre nous a reçu 2 700 euros, mais tout notre environnement est dévasté, ajoute Mene Sylvester Kogbara. On ne peut pas évaluer cette perte en terme d'argent. Notre espoir, c'est que tout soit fait pour restaurer cet environnement. »

Amnesty International a dénoncé preuve à l'appui dans un rapport publié ce mardi le manque de volonté de Shell d'honorer sa part de l'engagement. Au moins quatre sites n'auraient pas été traités.